Clash au Conseil municipal d'Aignan: le budget 2022 est rejeté

0 Gérard Peres rue du Foirail 1bis 030422_.jpg

À la suite d'une défection dans la majorité

La séance du Conseil municipal d'Aignan du 28 mars 2022 a été en tout point exceptionnelle : le budget primitif 2022 a été rejeté par 8 voix contre 7 lors d'un vote à bulletins secrets demandé par l'opposition.

Au cours des débats, l'opposition, n'a pas critiqué la section « fonctionnement », mais plusieurs de ses membres ont manifesté leur désaccord avec des projets d'investissements. À savoir :

  • l'installation de panneaux lumineux sur le stade pour les matchs de foot :

2 500 euros,

  • l'aménagement d'abris contre la pluie aux abords de la piscine pour les parents qui attendent leurs enfants : 30 000 euros,

  • le raccordement de la maison bleue aux réseaux : 20 000 euros,

  • le goudronnage du sol d'au moins 7 ruelles : 90 000 euros

  • l'isolation de la gendarmerie : + 121 800 euros

Soit un montant de : 264 300 euros

Sur un total d'investissements prévus de : 859 246 euros.

Raisons apparentes de ce vote contre le budget

S'agissant des panneaux lumineux, Michel Lagarde estime que ce n'est pas une priorité, il vaudrait mieux consacrer ces fonds à l'aménagement de l'accueil des joueurs.

L'aménagement d'abris près de la piscine ne sont pas détaillés par des devis, critique Mathieu Barnabas. Par ailleurs, les travaux sur les réseaux de la maison bleue sont injustifiés, pour les opposants.

Pour le plus gros poste critiqué par l'opposition, l'isolation de la gendarmerie, selon Mathieu Barnabas, vu qu'une autre gendarmerie est en projet (1), il n'y a pas lieu de dépenser des fonds pour l'ancienne.

Réponses du maire

Gérard Peres, maire d'Aignan, répond que les panneaux lumineux sont très importants pour les joueurs de foot, jeu qui est très important pour les Aignanais.

La maison bleue serait inutilisable si elle n'était pas raccordée à l'assainissement.

Le sol de quelque 7 ruelles se détériore, il y a lieu de le refaire.

S'agissant de l'isolation de la gendarmerie, ce bâtiment ne va pas être détruit, mais il va resservir. On pourra y aménager 6 appartements et des travaux y ont été déjà faits dans ce but. Pour cela, il faut qu'il soit aux normes, sinon, il faudrait le démolir, ce qui serait une opération incohérente.

Raison profonde du rejet du budget

Selon les opposants, les termes de ce budget n'ont pas été présentés avant cette séance du Conseil municipal, en commission « finances ». Le maire a simplement demandé de voter pour ou contre – sans examen préalable - lors de la séance d'approbation du budget dudit conseil municipal du 28 mars. La décision des opposants est destinée à protester contre cette attitude du maire.

Gérard Peres affirme que ces allégations n'ont rien à voir avec la réalité : le budget a été présenté 3 fois en commission « finances ». La section « fonctionnement » a été présentée à la première réunion. L'ensemble du projet fonctionnement et investissement a été présenté à ladite commission les 21 et 25 mars. Lors de cette dernière réunion, le conseiller aux décideurs locaux (trésorier public) était présent…

Le maire ajoute que le projet de budget primitif est si bien équilibré qu'un montant de 93 500 euros y a été prévu en qualité de réserve de fonctionnement (Autres matières et fournitures compte n°6068). De plus, chaque conseiller municipal avait reçu le projet au complet par Internet.

Pour le maire, la vérité, c'est que l'opposition n'a toujours pas digéré d'avoir été battue aux dernières élections et qu'elle concrétise sa rancœur en cherchant à nuire à la majorité victorieuse en 2020, qu'elle juge illégitime.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Le budget primitif 2022 devrait être présenté à nouveau au Conseil municipal, modifié ou non. S'il est de nouveau rejeté, par l'action du (ou de la!) transfuge qui a voté avec l'opposition le 28 mars, il sera transmis au préfet et à la Cour des comptes, qui aviseront. Dans ce cas, un juge de la Cour des comptes viendrait sans doute enquêter.

Gérard Peres est serein : pour lui, les manœuvres de l'opposition se retourneront contre elle.

La question du travail du Conseil municipal va se poser : la majorité issue des dernières élections comportait 8 voix contre 7. Si un élu (ou une élue !) de cette majorité choisit durablement de changer de camp, l'opposition sera en mesure de paralyser l'action du Conseil.

(1) Un projet de nouvelle gendarmerie sera examiné à la fin avril 2022 avec le colonel Mahey, commandant le Groupement de gendarmerie départemental.

N.B. - Sur la photo du haut de page : Gérard Peres, maire d'Aignan, rue du Foirail, dont le sol est à refaire.

1 Michel Aurensan Michel Chanut Philippe Bartault Mathieu Barnadas Michel Lagarde 1bis 280322_.jpg
4 Chantal Sarniguet Marie-Pierre Callac Valérie Pesqquidoux 1bis 280322.jpg
5 Grégory Garcia Noémie Touja 1bis 280322.jpg
2 Marie-Pierre Callac Valérie Pesquidoux Michel Aurensan 1bis 280322.jpg
Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles